[ Interview ] Une Maison D’édition Jeunesse : les éditions Rue du Monde

Je laisse la place, aujourd’hui, à mon binôme Coralie, afin qu’elle puisse partager avec vous son interview avec les éditions Rue du Monde. Bonne lecture !

Nous revoici par ici aujourd’hui pour clore le mois de février et le thème « une maison d’édition engagée » du challenge #aladecouvertedesmaisonsdedition. Comme nous n’avons pas choisi, ce mois-ci la même maison d’édition avec Anaïs, nous avons donc eu la chance de pouvoir vous proposer deux interviews afin de découvrir un peu mieux qui se cache derrière les si beaux albums jeunesse « engagés » qui ont été présentés tout au long du mois. 

Pour ce thème, mon choix a été évident et il s’est porté sur la maison « Rue du monde« , et je ne suis pas la seule, car vous avez été nombreux lors des participations à la citer pour ce thème !

Mon coup de cœur pour cette maison d’édition est né de l’album « Cartes », qui tient une place très importante pour moi dans ma bibliothèque, mais aussi dans mon cœur ! Puis au fil des années, j’ai découvert leurs albums, qui par leurs thèmes et leur poésie me touchent à chaque fois. Des albums qui nous font voyager comme ceux de la sélection « coup de cœur d’ailleurs ». Des albums qui nous font réfléchir, qui abordent des thèmes fort comme la guerre, la pandémie, la surpêche…. Mais aussi des albums plus léger, poétique et qui nous font rire. Depuis peu je découvre avec ma fille également les cahiers d’activités, qui sont de magnifiques supports pour l’IEF. Bref, vous l’avez compris « Rue du monde » propose un catalogue très varié depuis maintenant 25 ans. 

J’ai d’ailleurs eu la chance dans le cadre du challenge de découvrir leur album anniversaire, et à lui seul il image à merveille la poésie, l’espoir et les valeurs chers à cette maison. Et je vous laisse découvrir l’interview d’Alain Serres, créateur de la maison « Rue du monde« .

Pouvez-vous nous présenter la maison « Rue du monde » ? Son histoire ? Son fonctionnement ? Sa ligne éditoriale ?

Alain Serres fut l’un des tout premiers hommes à enseigner en école maternelle, durant 15 années. En parallèle, il a écrit de nombreux livres pour la jeunesse et, en 1996, il créa les éditions Rue du monde grâce à un « crowdfunding » avant l’heure. L’objectif de sa petite maison est d’éditer des livres qui tentent de partager le bonheur des cultures, de leur diversité et de l’imaginaire… mais Alain Serres espère aussi encourager les enfants à rêver un autre monde, plus fraternel, plus juste et respectueux du vivant.

Vous êtes une maison d’édition engagée. Pouvez-vous nous expliquer les thèmes qui vous sont chers et que vous défendez ? Pourquoi ? Sont-ils bien représentés en littérature jeunesse ?

En premier lieu le respect des enfants, de leurs droits et de leur fragilité dans le monde si complexe des adultes. C’était d’ailleurs le thème du tout premier livre de Rue du monde , il y a 25 ans. De là découlent des choix éditoriaux qui respectent l’enfant — les enfants, en vérité, tant chacun est unique — et qui les prennent au sérieux. Il y a trop de livres qui s’adressent aux enfants avec démagogie ou condescendance, sur un ton un peu bêtifiant … On peut oser la culture, la créativité, la poésie ou l’esprit critique avec eux ! Et ils aiment ne pas être pris pour des lapins en peluche ! Ni tout rose, ni tout bleus !

Je crois que l’on peut offrir aux enfants des outils artistiques et intellectuels pour qu’ils ne se laissent envahir ni par des idées intolérantes qui rejettent d’emblée l’autre ni par une certaine désespérance qui rôde. Il faut en fait beaucoup d’espoir et de couleurs dans les yeux pour oser grandir ! Rue du monde a publié quelque 600 titres, j’espère que chacun dans son style, est une pierre de papier de cet édifice…

Et enfin, vous êtes depuis de nombreuses années partenaire du SPF, pour « l’été des bouquins solidaires » pouvez vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Oui, nous avons nos rendez-vous annuels emblématiques, comme pour le Printemps des poètes en mars, ou les grands livres cadeaux de la fin de l’année. Et, effectivement, en juin, la solidarité est l’un des rendez-vous auquel je suis le plus attaché. Nous proposons depuis 20 ans, une grande opération en librairie autour de quelques nouveautés : quand deux de ces titres sont achetés, nous offrons un livre à un enfant qui ne part pas en vacances. Ainsi nous pouvons chaque année offrir un beau livre de Rue du monde, sur une plage de normandie, à près de 5000 enfants « oubliés des vacances » réunis par le Secours populaire.

C’est émouvant de voir ces enfants, souvent éloignés du bonheur de lire, choisir avec grand soin le livre qu’ils vont ramener à la maison… En juin prochain, notre Été des bouquins solidaires aura pour thème la culture japonaise.


Nous remercions encore sincèrement Alain Serres d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Nous espérons que vous avez pris autant plaisir que nous à lire cette interview. Vous pouvez suivre l’actualité de la maison « Rue du monde » sur Instagram ici et découvrir leur catalogue ici

N’hésitez pas à retrouver les participations du mois de février au challenge #aladecouvertedesmaisonsdedition afin de découvrir les autres maisons d’édition engagées.

Articles liés

19 – Portrait Chinois et découverte d’un compte instagram [@__world_exploration__]

Dernier Portrait Chinois avant une pause d'un mois ! J'espère que vous serez toujours présents

[ Interview ] Une maison d’édition spécialisée dans les documentaires jeunesse : Les Editions du Ricochet

Nous sommes déjà en fin de mois et c'est donc l'heure de vous partager l'interview

17 – Portrait Chinois et découverte d’un compte instagram [@mamanbidibulle]

Je vous retrouve aujourd'hui pour vous partager un nouveau Portrait Chinois. Cette semaine, j'ai eu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *